jump to navigation

Le web n’est pas un média ! dimanche, 28 octobre 2007

Posted by zyrtex in web thought.
add a comment

D’après la définition des utilisateurs de Wikipedia, un media est :
« Un moyen impersonnel de diffusion d’informations utilisé pour
communiquer.
Les médias permettent de diffuser une information vers un
grand nombre d’individus sans possibilité de personnalisation du
message. »

Clairement, Internet est en passe de ne plus devenir un média au
sens classique (ci-dessus). Pourquoi? Parce que les sites ne font plus
que « communiquer », ils permettent les interactions entre les membres
des sites, ils permettent de personnaliser des messages, ils permettent
d’acheter, de vendre, …

Le web n’est donc plus simplement un outils de communication
(même si beaucoup l’utilisent comme tel). Mais qu’est-ce que c’est
alors ? Un autre monde ? La vérité est ailleurs…

(PS : si l’un d’entre vous viens me dire que l’on peut utiliser l’activité même d’un site comme argument de communication – ce qui résumerait les interactions sociales créées par l’outil à un simple effet de pub –  je l’étripe ;o) )

Blogged with Flock

Tags:

Jusqu’où faut-il ouvrir les outils participatifs pour modifier la loi ? lundi, 1 octobre 2007

Posted by zyrtex in web thought.
Tags: , ,
add a comment

La question est introduite par Manuel Diaz dans son post bien équilibré soulignant une initiative du gouvernement français permettant à chacun de commenter une loi. Mais comment ouvrir les outils participatifs à cette initiative ?

La philosophie ouverte par le gouvernement français est bonne, mais jusqu’où faut-il aller? Les lois régissent les interactions entre les personnes (morales ou physiques) constituant un état. Chaque modification a donc un impact non négligeable sur la vie de tout les jours d’un certain nombre de ces individus (en terme de transferts financiers, de suivit pénal, …).

On peut dire que l’utilisation d’un simple formulaire est déjà un outils participatif, mais du niveau le plus bas (quid du retour d’info vers les personnes ayant posté un commentaire [Par « commentaire », j’entends ici les réactions ou demandes de modifications de lois ou des règles de vies], quid de la réaction de la personne ayant reçu l’info, quel suivit ?,… ,…). Peut faire mieux, même à ce niveau très bas d’interaction sociale.Je me demande d’ailleurs si un blog, même participatif, est vraiment une solution adéquate pour cette initiative. Je m’explique : un blog fournis une liste de commentaires articulés sur une ligne de temps, triés par domaines. Hors certains anciens commentaires pourraient être plus relevant que les 150 derniers commentaires postés. D’autres outils sociaux existent (comme les wikis, …), mais quid de leur impact réel ?

Aller trop loin avec des outils participatifs peut être assez dangereux. Par exemple, nous commençons à avoir assez d’expérience pour pouvoir dire qu’il ne faut pas transformer le code pénal en Wiki ouvert et sans limites. Il faudrait donc encadrer ce wiki dans quelques règles bien senties. Ces règles ayant pour effet de limiter soit les intervenants, soit l’impact de chaque contribution… Ce qui reviens à mettre un frein sur le caractère participatif du Wiki.

La modération (comment, jusque où aller, …) est donc un premier point de travail important, pour tout type d’initiative web (wiki, forum, …).

Une autre question, et non des moindres, est la représentativité des commentaires reçus. Quid de la fracture électronique qui divise ceux qui ont Internet et ceux qui ne l’ont pas, ceux qui savent l’utiliser et ceux qui ne savent pas… Par glissement, on aborde les couches sociales qui ont accès à Internet… et qui vont commenter : à qui profite le commentaire? Et pourquoi ?

On le voit, il y a beaucoup de questions qui s’ouvrent autour des outils participatifs et de leurs applications à la législation. Et je n’ai même pas abordé les questions des impacts du lobbying, du « Trol »-isme,… ni des réactions du pouvoir face à la pression populaire rendue « mesurable »…

Amis blogueurs, à vos claviers ! Utiliser les outils participatifs est une excellente opportunité citoyenne. Comment? Là est la grande question! Si on désire en faire le tour, il y a du boulot !